4 septembre 2017

Le mariage religieux de la princesse Marie-Gabrielle de Nassau

La princesse Marie-Gabrielle de Nassau, l'aînée des quatre enfants du prince Jean de Luxembourg et de son ex-épouse Hélène Vestur, s'est mariée religieusement avec Antonius Willms le 2 septembre 2017 à Marbella en Espagne. Le marié est le fils de Hayo Willms et de la comtesse Maria Theresia von Goëss-Saurau. Le couple s'était précédemment marié civilement à Luxembourg le 15 mai 2017.



Le samedi 2 septembre, de nombreux représentants du gotha européen ont convergé vers l'Ermitage du Saint Christ du Calvaire (Santiago de la Vera Cruz), une église construite au XVIe siècle située dans la vieille ville de Marbella. La famille grand-ducale élargie était représentée par le grand-duc Henri et la grande-duchesse Maria Teresa, le grand-duc héritier Guillaume et la grande-duchesse héritière Stéphanie, le prince Félix et la princesse Claire, le prince Louis accompagné de ses deux fils Gabriel et Noah, la princesse Alexandra, le prince Guillaume et la princesse Sibilla, l'archiduc Christian et l'archiduchesse Marie-Astrid, le comte et la comtesse Rodolphe de Limburg Stirum, l'archiduc Imre et l'archiduchesse Kathleen, l'archiduc Christoph (père d'une seconde fille depuis peu), le prince Nikolaus et la princesse Margaretha de Liechtenstein, venus avec leurs filles les princesses Maria-Anunciata et Marie-Astrid. Les princes Constantin, Wenceslas et Carl de Nassau, frères de la mariée, étaient tout naturellement présents. 





La famille royale belge était quant à elle représentée par le prince et la princesse Amedeo ainsi que par la princesse Maria Laura. Des descendants de la princesse Alix de Luxembourg, sœur du grand-duc Jean, avaient également effectué le déplacement en Espagne : la princesse Sophie de Ligne et son fils le comte Guy de Nicolaÿ, M. et Mme Alexander James Spearman (née princesse Amelia d'Orléans-et-Bragance) et la princesse Gabriela d'Orléans-et-Bragance. 



La princesse Marie-Gabrielle est arrivée au bras de son père, le prince Jean de Luxembourg. Elle portait une robe de Lorenzo Caprile rehaussée de 10.000 cristaux Swarovski. Pour l'occasion, le grand-duc Henri avait prêté à sa nièce le diadème avec saphir coussin hérité de la grande-duchesse Adélaïde-Marie. C'était la toute première fois qu'une princesse le portait le jour de son mariage. Le père Paul Habsburg, fils de l'archiduc Michael d'Autriche et de la princesse Christiana de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg, officiait lors de la célébration. A l'issue de la cérémonie, la princesse Marie-Gabrielle a offert son bouquet de fleurs à la statue de la Sainte-Vierge, comme le veut la tradition dans la famille.

Après la cérémonie religieuse, les époux ont échangé un baiser sous le proche de l'église, partageant ainsi leur bonheur avec leurs invités qui n'avaient pu prendre place à l'intérieur de l'édifice faute de places suffisantes. Ils ont ensuite pris la pose en compagnie de leurs parents et de leurs frères et sœurs. Le couple a finalement rejoint la Finca Llanos de Belvis à bord d'une Land Rover conduite par Antonius. Une réception s'est déroulée dans cette propriété située à Istàn, à une quinzaine de kilomètres de Malaga. Le lieu appartient à Alejandro Gamazo Hohenlohe et son épouse Marie-Caroline qui n'est autre que la sœur du marié. La veille du mariage religieux, une fête avait déjà réuni bon nombre d'invités à Marbella.




Merci à Albert Nieboer (Royal Press Europe) d'avoir autorisé
la publication de ses photos dans l'article. 


Retour sur la présentation du couple : lien
Retour sur le mariage civil à Luxembourg : lien

29 août 2017

La famille grand-ducale et les présidents français

Après le règne de la grande-duchesse Marie-Adélaïde, critiquée par la France pour son attitude durant la Première Guerre mondiale et qui fit pression pour qu'elle abdique en 1919, le régime français observa avec une certaine méfiance les débuts de sa sœur Charlotte. Pour preuve, un télégramme d’octobre 1920 émanant du Ministre de France à Luxembourg en réponse au Ministre des Affaires étrangères Leygues qui s’étonnait de la nouvelle des fiançailles de la princesse Sophie de Luxembourg avec le plus jeune fils du roi de Saxe. Après une entrevue avec le Maréchal de la Cour, le diplomate eut un entretien avec le Ministre d’Etat « pour lui marquer combien nous étions loin de nous attendre à de pareilles nouvelles alors que le gouvernement luxembourgeois nous assurait de son constant désir de marcher en toute occasion d’accord avec l’Entente ». La grande-duchesse Charlotte put éloigner les soupçons sur sa personne en se désolidarisant de l’attitude de ses sœurs qui ne l’avaient d’ailleurs pas consultée avant leurs fiançailles. D’ailleurs, une note du Département datant de novembre 1920 visait une autre personnalité de la famille grand-ducale, considérée comme germanophile : « On aurait lieu à craindre que la grande-duchesse douairière Marie-Anne, qui réside en Bavière avec ses filles, ne renonce pas facilement à toute influence dans le pays ».

Le 15 février 1920, la grande-duchesse Charlotte, accompagnée du prince Félix, avait été invitée à se rendre à Thionville, ayant jadis fait partie du duché de Luxembourg, où elle fut accueillie par le président français Raymond Poincaré. Ce déplacement coïncidait avec la remise de la Légion d’honneur à cette ville, mais sans doute que l'événement scellait une réconciliation formelle entre les deux pays. En mémoire de cette visite, une Rue de la Grande-Duchesse Charlotte (1896-1985) a été inaugurée en 2006 en présence du grand-duc Henri et de la grande-duchesse Maria Teresa. 

© Bibliothèque Nationale de France

La grande-duchesse Charlotte et le prince Félix ont été officiellement reçus au Palais de l’Elysée par le président Albert Lebrun le 22 juillet 1937. Un déplacement qui intervenait à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris à laquelle participait le grand-duché. Deux ans plus tard, le 3 août 1939, le président Lebrun a effectué un voyage au Luxembourg et dîna à la légation française en présence des membres du gouvernement. Il fut également reçu en audience par la famille grand-ducale. Bien que de nature semi-privé, ce déplacement fut accueilli favorablement au Luxembourg, comme une promesse d’amitié, particulièrement appréciée dans le contexte de la montée des périls. 

1937
1939

Du 20 au 22 juin 1957, le président René Coty a effectué une visite d’Etat au Luxembourg. Il y reçut un accueil très chaleureux des autorités mais aussi des Luxembourgeois. Pour son arrivée, la capitale était décorée d’oriflammes, de guirlandes lumineuses et, aux abords du Pont Adolphe, d’obélisques décoratifs surmontés de flammes symboliques portant les écussons des deux pays. Les écoliers purent d’ailleurs bénéficier d’une journée de congé pour aller accueillir le président Coty. Lors du dîner de gala, la grande-duchesse Charlotte indiqua que : « Votre visite, Monsieur le Président, nous apparaît comme une démonstration solennelle de l’amitié séculaire qui n’a cessé d’unir nos deux pays dans les bons comme dans les mauvais moments ». Outre le couple héritier, le prince Charles et la princesse Marie-Adélaïde participaient aux réjouissances. Après le dîner, une apparition au balcon eut lieu. Lors de ce déplacement, le président de la République alla rendre visite au grand-duc héritier Jean et à la grande-duchesse héritière Joséphine-Charlotte dans leur résidence du Betzdorf, l’occasion de faire également connaissance avec leurs enfants. Un feu d’artifice fut tiré dans la capitale pour saluer le départ du président Coty.



La grande-duchesse Charlotte et le prince Félix étaient à Paris le 4 février 1961. Un déjeuner fut offert en leur honneur à l’Elysée, dans le Salon Murat, par le président Charles de Gaulle et son épouse. Ce déjeuner comptait une quarantaine de convives. Le général de Gaulle commença son discours par ces mots : « Votre Altesse Royale a tenu à nous rendre visite, d’une manière presque intime. Nous espérons, cependant, que nous aurons un jour la joie et l’honneur de la recevoir à Paris avec toute l’ampleur officielle et populaire qui répondrait aux sentiments que la France porte au Luxembourg et à sa gracieuse souveraine ». A l’issue du déjeuner, Charlotte remit l’Ordre du Lion d’Or de la Maison de Nassau au général. Une estime mutuelle devait sans doute unir ces deux figures de la Résistance. 



Les vœux du général de Gaulle furent exhaussés en 1963. La grande-duchesse Charlotte réserva sa toute dernière visite d’Etat, avant son abdication, pour la France. Celle-ci s'est déroulée du 2 au 5 octobre. Mais la grande-duchesse Charlotte eut l’occasion de revoir le président français l’année suivante, le 26 mai 1964, à l’occasion de l’inauguration du canal de la Moselle. En compagnie du président ouest-allemand Lübke, ils prirent part à une mini-croisière de 270 kilomètres à bord du Strasbourg, entre les villes d’Apach et de Trêves. Suite au décès du général de Gaulle, le grand-duc Jean se rendit au service solennel organisé à la cathédrale Notre-Dame de Paris pour les chefs d’Etat, tandis que sa mère assista au service célébré en la cathédrale Notre-Dame de Luxembourg.



Les 3 et 4 mai 1972, ce fut au tour du président Georges Pompidou, accompagné de son épouse, d’effectuer une visite d’Etat au Luxembourg. Ils y reçurent un accueil tout aussi enthousiaste que le président René Coty en son temps. Et tout comme lui, après le dîner de gala à la Chambre des députés et la réception au Palais, il eut l’occasion d’apparaître au balcon. Suite au décès du président en exercice Pompidou, un deuil fut décrété à la Cour grand-ducale, et ce jusqu’aux funérailles. Le grand-duc Jean assista au service solennel à la cathédrale Notre-Dame de Paris. 



Le grand-duc Jean et la grande-duchesse Joséphine-Charlotte se rendirent en visite d’Etat en France du 18 au 20 septembre 1978 à l’invitation du président Valéry Giscard d’Estaing et de son épouse. Lors du dîner de gala à l’Elysée, auquel le prince et la princesse Napoléon ainsi que la princesse Irène des Pays-Bas furent conviés, le grand-duc Jean évoqua dans son allocution la mémoire de Robert Schuman, moteur de la construction européenne qui naquit au grand-duché en 1886. Le dîner de retour, offert par le couple grand-ducal, fut organisé à l’Hôtel Marigny. Pour l’anecdote, le président Giscard d’Estaing offrit lors de ce séjour au grand-duc Jean un parchemin du XIVe siècle évoquant les liens entre Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg, et le roi Philippe VI.



Mais ce n’était pas la première fois que les deux couples se rencontraient. Le grand-duc Jean et la grande-duchesse Joséphine-Charlotte avaient été reçus à déjeuner à l’Elysée en 1976. L'année suivante, le couple grand-ducal avait été convié en compagnie d'autres chefs d'Etat à l’inauguration du Centre Georges Pompidou à Paris. Après ce septennat, l'ancien président et son épouse ont eu l'occasion de rencontrer à plusieurs reprises des membres de la famille grand-ducale lors de divers rendez-vous mondains qui se sont déroulés dans la capitale parisienne. Le grand-duc Henri et l'ancien président Giscard d'Estaing se sont également retrouvés lors de la prestation de serment du président portugais Aníbal Cavaco Silva à Lisbonne en 2006. 

1976

Le président François Mitterrand se rendit durant ses deux mandats à plusieurs reprises au Luxembourg pour des visites de travail. Le premier déplacement après sa victoire en 1981 fut d’ailleurs de cette nature, à l’occasion du 20e sommet européen le 30 juin. Il rencontra alors le grand-duc Jean lors d’une audience. En juin 1984, le grand-duc Jean figurait parmi les chefs d'Etat invités à la commémoration des 40 ans du Débarquement en Normandie auquel il participa d'ailleurs à partir du 11 juin 1944. Le grand-duc Jean fut également invité en 1988 lors de la cérémonie du transfert des cendres de Jean Monet au Panthéon.



Les 13 et 14 mai 1992, le président Mitterrand et son épouse se rendirent en visite d’Etat au Luxembourg. Le Palais grand-ducal étant en travaux, le président bénéficia de la Villa Vauban, lieu de travail provisoire du grand-duc Jean, pour ses rencontres politiques. Le dîner de gala eut lieu dans le cadre de l’ancienne abbaye d’Echternach. Les temps avaient alors changé et ces déplacements officiels n’attiraient plus les foules, comme c'était le cas pour le président Coty en 1957 et le président Pompidou en 1972. Le président Mitterrand fit d’ailleurs face à des manifestants écologiques – comme François Hollande en 2015 – concernant plusieurs dossiers français intéressant le grand-duché, comme la proximité de la centrale nucléaire de Cattenom. Le couple grand-ducal eut l'occasion de revoir le président Mitterrand en 1995. Celui-ci s'était rendu au Luxembourg pour se voir remettre le Prix Joseph Bech pour ses efforts concernant la construction européenne. Suite au décès de l’ex-président en 1996, Jean et Joséphine-Charlotte assistèrent au service solennel à la cathédrale Notre-Dame de Paris. L'année suivante, le couple grand-ducal et le grand-duc héritier Henri ont rencontré le président Jacques Chirac invité au palais grand-ducal avec d'autres chefs d'Etat et de gouvernement à l'occasion d'un sommet européen se tenant à Luxembourg.

1992
Photo : Collection personnelle Valentin Dupont

Embed from Getty Images

Avec l’abdication du grand-duc Jean, son successeur effectua deux visites officielles de courtoisie à Paris et à Berlin. Le grand-duc Henri et la grande-duchesse Maria Teresa furent accueillis le 10 octobre 2000 par le président Jacques Chirac et son épouse à l’Elysée. Bernadette Chirac emmena ensuite la grande-duchesse Maria Teresa pour une visite de l'hôpital Necker pour enfants malades. Aucune visite d’Etat n’eut lieu durant les deux mandats du président Chirac. Notons cependant que le couple grand-ducal et le grand-duc Jean furent invités aux célébrations des 50 ans du Débarquement de Normandie en juin 2004. La grande-duchesse Maria Teresa s'est rendue en 2005 à Paris à l'occasion de la tenue d'une conférence de haut-niveau sur l'accès à la microfinance honorée de la présence du président Chirac. Par ailleurs, Bernadette Chirac a eu l'occasion de rencontrer des membres de la famille grand-ducale à plusieurs reprises lors de mondanités. Elle fut également invitée en 1997 lors des 70 ans de la grande-duchesse Joséphine-Charlotte.



Il n'y a pas eu non plus de visite officielle lors du mandat du président Nicolas Sarkozy. Le grand-duc Henri et la grande-duchesse Maria Teresa étaient par contre invités le 11 novembre 2008 aux célébrations des 90 ans de l'Armistice à Douaumont. Le président français Sarkozy et le grand-duc Henri ont également eu l'occasion de se croiser aux funérailles d'Etat de l'ancien président tchèque Václav Havel en décembre 2011. Des rencontres officieuses entre les présidents français et la famille grand-ducale sont néanmoins probables puisque le Fort de Brégançon, lieu de villégiature officiel du chef d'Etat français depuis 1968, se situe à côté de la Tour Sarrazine, propriété estivale de la famille grand-ducale. Dans ce cadre, la presse luxembourgeoise avait d’ailleurs rapporté que le grand-duc Henri aurait rencontré le président François Hollande lors des vacances d’été en 2012.



En juin 2014, le grand-duc Henri et la grande-duchesse Maria Teresa étaient invités à participer à la commémoration des 60 ans du Débarquement de Normandie. Le grand-duc Jean se trouvait également dans la tribune officielle. Le président français François Hollande a effectué une visite officielle au Luxembourg le 6 mars 2015. Un déplacement d’une seule journée qui a démarré par un accueil du couple grand-ducal suivi d’un entretien au Palais. Dans l’après-midi, ils se sont rendus ensemble au château de Betzdorf, lieu qui a vu la naissance du grand-duc Henri en 1955 et qui abrite le siège de la Société Européenne des Satellites. Le programme officiel les a conduit ensuite à Esch-Belval. En soirée, un dîner de gala fut offert au Palais grand-ducal en présence du couple héritier. Dans son toast, le grand-duc Henri a déclaré : « C’est un privilège pour la Grande-Duchesse comme pour moi-même que de vous souhaiter la bienvenue ce soir. En effet, la venue d’un Président de la République française au Grand-Duché de Luxembourg est un événement marquant, tant par sa portée que par sa rareté. […] Evoquer les relations du Luxembourg avec la France se révèle un exercice complexe. Leur importance n’a pas vraiment d’équivalent, leur plasticité à travers le temps étonne, la part qu’elles laissent à l’émotion est unique. Parler de la France, c’est aussi parler de nous-mêmes et de ce que nous, Luxembourgeois, ressentons au plus profond ».



Le président Emmanuel Macron et son épouse ont effectué une visite de travail d'une journée au grand-duché le 29 août 2017. Ils ont tout d'abord été reçus en audience par le grand-duc Henri et la grande-duchesse Maria Teresa au Palais grand-ducal. Alors que le chef d'Etat français avait un programme séparé avec le premier ministre luxembourgeois rejoint par le premier ministre belge, la grand-duchesse Maria Teresa a emmené Brigitte Macron pour deux visites culturelles dans la capitale : l'abbaye de Neumünster qui est un centre culturel et le Musée d'Art Moderne Grand-Duc Jean. Lors de ces visites, la compagne du premier ministre belge et l'époux du premier ministre luxembourgeois étaient également présents.

Embed from Getty Images
______________________________
Sources :
- KERSTIN S. (2015), « Les présidents français au Luxembourg. De Coty à Hollande en passant par Pompidou », Luxemburger Wort [consulté en ligne]
- « M. Mollard, Ministre de France à Luxembourg, à M. Leygues, Ministre des Affaires étrangères » dans MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (2002), Documents diplomatiques français. 1920. Tome III. 24 septembre 1920 – 15 janvier 1920, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang, pp. 162-163

20 mai 2017

Archives : la procession de clôture de l'Octave en 1987

Le pèlerinage de l'Octave se déroule chaque année durant deux semaines à Luxembourg. Cette quinzaine débute le troisième dimanche après Pâques. Cette fête religieuse, considérée comme la plus importante se déroulant au grand-duché, remonte au XVIIe siècle. Cette célébration conduit les pèlerins jusqu'à la cathédrale Notre-Dame de Luxembourg où ils honorent la statue de la Vierge, Consolatrice des Affligés, patronne de la Ville de Luxembourg et du Grand-Duché. 

La famille grand-ducale y prend part chaque année, le dernier jour de la quinzaine, soit le cinquième dimanche après Pâques. Le matin, une messe pontificale est célébrée en la cathédrale. La procession de clôture de l'Octave est considérée comme le point d'orgue de cette quinzaine. Durant l'après-midi, plusieurs membres de la famille grand-ducale prennent part à cette procession dans les rues de la capitale. Ensuite, ils apparaissent au balcon du palais grand-ducal pour saluer la foule et assister à une aubade.   

Voici quelques clichés pris lors de l'Octave 1987. Comme le montrent ces photographies, le grand-duc Jean et le grand-duc héritier Henri portaient l'uniforme lors de la messe pontificale puis lors de la procession de clôture, ce qui n'est aujourd'hui plus le cas pour les hommes de la famille. Cette année-là, le grand-duc héritier Henri et la grande-duchesse héritière Maria Teresa avaient emmené leur fils aîné Guillaume lors de la procession de clôture. Sa cousine l'archiduchesse Marie-Christine d'Autriche, l'aînée des enfants de la princesse Marie-Astrid de Luxembourg, était également de la partie. Lors de l'apparition au balcon du palais grand-ducal, le prince Félix, deuxième fils des héritiers, avait rejoint le reste de la famille. 








15 mai 2017

Le mariage civil de la princesse Marie-Gabrielle de Nassau

Ce 15 mai 2017, la princesse Marie-Gabrielle de Nassau et Antonius Willms se sont mariés civilement à l'hôtel de ville de Luxembourg. La bourgmestre Lydie Wurth-Polfer officiait lors de cette cérémonie. La famille grand-ducale s'était auparavant retrouvée au palais pour une photo de famille sur les marches de l'escalier d'honneur.

La Ville de Luxembourg, où est officiellement domiciliée la princesse Marie-Gabrielle, avait déjà enregistré la publication officielle du mariage le 22 mars. La date du mariage civil au grand-duché n'a sans doute pas été choisie au hasard puisque le même jour le prince Jean de Luxembourg, le père de la mariée, fêtait son 60e anniversaire.

Le grand-duc Henri et la grande-duchesse Maria Teresa assistaient à la cérémonie, tout comme le grand-duc héritier Guillaume et la grande-duchesse héritière Stéphanie, ainsi que le prince Louis et la princesse Alexandra de Luxembourg. La princesse Margaretha, qui célébrait également son 60e anniversaire, figurait également parmi les invités, accompagnée de ses trois enfants Marie Anunciata, Marie-Astrid et Josef-Emmanuel de Liechtenstein. La princesse Marie-Gabrielle avait choisi son frère Constantin comme témoin. Le choix du marié s'était porté sur son frère Johannes Willms.

Dans la Cathédrale Notre-Dame de Luxembourg
Photo : Anouk Antony / Luxemburger Wort
Après le mariage civil, le couple et la famille grand-ducale se sont rendus jusqu'à la cathédrale Notre-Dame de Luxembourg où ils ont été accueillis par l'archevêque Jean-Claude Hollerich. La princesse Marie-Gabrielle y a offert son bouquet à la statue de Notre-Dame de Luxembourg qui placée sur un autel dans le chœur central de l'édifice chaque année, à cette période, dans le cadre des célébrations de l'Octave.

Le mariage religieux sera célébré en été à Marbella, en Andalousie. Une réception sera alors ensuite organisée dans la Finca Llanos de Belvis, située à Istán. Cette propriété appartient à Alejandro Gamazo y Hohenlohe, beau-frère du marié.

Evénement familial au Grand-duché de Luxembourg ce lundi 15 mai 2017 : le Mariage civil de Son Altesse Royale la...
Posted by Place Royale - RTL TVI on Monday, May 15, 2017
Photo de famille
Premier rang (de g. à d.) : le prince Constantin de Nassau, la princesse Marie-Gabrielle de Nassau, M. Antonius Willms et M. Johannes Willms
Deuxième rang (de g. à d.) : Mme Hélène Vestur, le prince Jean de Luxembourg, la grand-duchesse Maria Teresa et le grand-duc Henri, M. et Mme Hayo Willms
Troisième rang (de g. à d.) : le prince Louis de Luxembourg, la princesse Margaretha de Liechtenstein, le grand-duc héritier Guillaume et la grande-duchesse héritière Stéphanie, la princesse Alexandra de Luxembourg et le prince Wenceslas de Nassau
Quatrième rang (de g. à d.) : la princesse Maria Anunciata de Liechtenstein, Melle Anna Sophie Willms, M. et Mme Alejandro Gamazo y Hohenlohe, le prince Carl-Johann de Nassau, le prince Josef-Emanuel de Liechtenstein et la princesse Marie-Astrid de Liechtenstein

Pour (re)lire les biographies des époux : lien

10 mai 2017

Les festivités célébrant les 80 ans du roi Harald V et de la reine Sonja de Norvège

Les 9 et 10 mai 2017, le gotha européen était convié aux festivités organisées à l'occasion des 80 ans du roi Harald V et de la reine Sonja de Norvège. La famille royale belge était représentée par le roi Philippe et la reine Mathilde et la famille grand-ducale par le grand-duc Henri et la grande-duchesse Maria Teresa, ainsi que par le grand-duc héritier Guillaume et la grande-duchesse héritière Stéphanie. Quelques jours plus tôt, ils avaient déjà assisté à la célébration privée des 50 ans du roi Willem-Alexander des Pays-Bas à La Haye puis à Wassenaar. Peu de clichés avaient filtré de ce week-end, contrairement aux festivités en l'honneur couple royale norvégien qui étaient publiques comme c'est habituellement le cas dans les monarchies scandinaves.

Le 9 mai en soirée, la famille royale norvégienne et leurs invités sont apparus aux balcons du palais royal d'Oslo. Un concert était alors organisé sur la place faisant face à la résidence officielle du roi Harald V et de la reine Sonja. Le premier avait déjà fêté son 80e anniversaire le 21 février, tandis que son épouse passera ce cap le 4 juillet. Mais comme en 1997, le couple royal a choisi de célébrer de manière conjointe ce double anniversaire. Pour les 60 ans du couple royal, le roi Albert II et la reine Paola avaient effectué le déplacement en Norvège en compagnie du prince Laurent, tandis que le Luxembourg était représenté par le grand-duc Jean et la grande-duchesse Joséphine-Charlotte et par le grand-duc héritier Henri et la grande-duchesse héritière Maria Teresa. Dix ans plus tard, en 2007, le roi Harald et la reine Sonja avaient par contre opté pour des célébrations distinctes en février et en juillet.




Après le concert, les convives ont pris part à un dîner de gala lors duquel se sont exprimés le roi Harald et la reine Sonja, ainsi que leurs deux enfants Haakon et Märtha Louise. Le prince héritier norvégien s'est d'ailleurs rasé la barbe au cours de cette soirée. L'avait-il promis à ses parents dans son discours ? Lors de cette soirée, la reine Mathilde portait pour la seconde fois une robe rouge signée Armani, une création qu'elle avait choisi pour la première fois lors du dîner de gala offert en l'honneur de la visite d'Etat des souverains jordaniens en 2016. La reine Mathilde arborait des bijoux hérités de la reine Fabiola qu'elle porte désormais régulièrement : le diadème de diamants créé par Wolfers, un bracelet de rubis et diamants et une paire de pendants avec perles. Une broche qu'elle a déjà porté à plusieurs reprises depuis l'accession au trône de son époux, mais dont l'origine est inconnue, rehaussait son ruban de l'Ordre de Saint-Olav.

La grande-duchesse Maria Teresa avait opté pour le diadème de diamants offert par la Société Générale de Belgique à sa belle-mère Joséphine-Charlotte à l'occasion de son mariage en 1953. Adepte également du recycle de ses tenues vestimentaires, l'épouse du grand-duc Henri avait ressorti le manteau qu'elle avait déjà porté en 2001 au mariage du prince héritier Haakon de Norvège. Le choix de sa belle-fille Stéphanie s'était porté sur le diadème avec saphir de la grande-duchesse Adélaïde-Marie. Elle l'avait assorti à un collier et à une paire de boucles d'oreilles en saphirs et diamants. C'était la première fois que la grande-duchesse héritière arborait cette parure (le collier est transformable en diadème) qu'affectionnait la grande-duchesse Joséphine-Charlotte. Elle avait également épinglé une broche aux motifs végétaux provenant des collections grand-ducales. 



Les petits-enfants du couple royal norvégien (de g. à d.) : Emma Tallulah Behn, Leah Isadora Behn, Maud Angelica Behn, la princesse Ingrid Alexandra de Norvège et le prince Sverre Magnus de Norvège

Au premier rang (de g. à d.) : la princesse Astrid de Norvège, la reine Máxima et le roi Willem-Alexander des Pays-Bas, le prince Albert II de Monaco, la reine Silvia et le roi Carl XVI Gustaf de Suède, la reine Sonja de Norvège et le roi Harald V de Norvège, la reine Margrethe II de Danemark, le grand-duc Henri et la grande-duchesse Maria Teresa de Luxembourg, le roi Philippe et la reine Mathilde des Belges, le président finlandais Sauli Niinistö et le président islandais Guðni Th. Jóhannesson

Au second rang (de g. à d.) : lady Elizabeth Anson (fille de la princesse Anne de Danemark), reine Anne-Marie de Grèce, la princesse Beatrix des Pays-Bas, le prince Daniel et la princesse héritière Viktoria de Suède, la princesse héritière Mette-Marit et le prince héritier Haakon de Norvège, la princesse Märtha Louise de Norvège, le prince héritier Frederik et la princesse héritière Mary de Danemark, Madeleine Bernadotte Kogevinas (fille du prince Carl Bernadotte) et son compagnon Bernhard Mach, Jenni Haukio (première dame finlandaise) et Eliza Jean Reid (première dame islandaise)

Au troisième rang (de g. à d.) : la princesse Tatiana et le prince Nikolaos de Grèce et Danemark, la princesse Mabel d'Orange-Nassau, le prince Constantijn des Pays-Bas, le prince Carl Philip de Suède, la princesse héritière Marie-Chantal et le prince héritier Pavlos de Grèce, le grand-duc héritier Guillaume et la grande-duchesse héritière Stéphanie de Luxembourg, la comtesse Sophie de Wessex, Désirée Kogevinas (fille de la comtesse Madeleine Bernadotte) et son compagnon Carlos Euguster


Le lendemain, les hôtes du roi Harald V et de la reine Sonja ont été invités pour une mini-croisière et un dîner à bord du yacht royal K/S Norge. C'est sous le pluie qu'ils se sont présentés à l'embarcadère où ils ont pris par petits groupes des navettes devant les conduire jusqu'au yacht royal. Un exercice plus compliqué pour certains invités ayant une mobilité réduite en raison de leurs âges, comme la princesse Astrid de Norvège, la doyenne de ce rendez-vous du gotha. Seuls la famille royale danoise, en ce compris la reine Anne-Marie de Grèce, ont directement embarqué puisqu'ils logeaient à bord du yacht royal KDM Dannebrog.



Le soir, le gouvernement norvégien offrait un dîner à l'opéra d'Oslo. La chef du gouvernement Erna Solberg y a d'ailleurs prononcé un discours. Comparé à la veille, les invités royaux avaient été rejoints par le roi Juan Carlos et la reine Sofia d'Espagne, ainsi que le prince Joachim et la princesse Marie de Danemark. La reine Mathilde affichait une paire de pendants d'oreilles, portée pour la première fois lors de la visite d'Etat du couple royal au Danemark en mars 2017, ainsi qu'un bracelet en diamants qu'on lui connait depuis plusieurs années. De son côté, la grande-duchesse Maria Teresa avait opté pour plusieurs bijoux comportant des émeraudes. La pièce la plus symbolique était le collier, initialement un bracelet, qui provient de la reine Astrid de Belgique, tante maternelle du roi Harald de Norvège. Elle portait également une paire de boucles d'oreilles et un bracelet incrustés d'émeraudes. Quant à la grande-duchesse héritière Stéphanie, elle arborait de nouveau pour la première fois des pièces des collections grand-ducales, à savoir une partie de la parure en aigues-marines : le collier, le bracelet et les boucles d'oreilles. Après le dîner, la famille royale norvégienne et leurs hôtes ont profité d'un feu d'artifice à l'extérieur. 


25 avril 2017

Le baptême du prince Liam au Vatican

Le samedi 22 avril 2017, le prince Liam de Nassau, second enfant du prince Félix et de la princesse Claire de Luxembourg, a été baptisé en la Chapelle du chœur de la Basilique Saint-Pierre du Vatican. Le prince Liam Henri Hartmut est né le 28 novembre 2016 à la Clinique Générale-Beaulieu à Genève. Il est actuellement le quatrième dans l'ordre de succession au trône, derrière sa sœur Amalia née le 15 juin 2014 à Luxembourg.

La messe de baptême a été concélébrée par le père George Woodall (professeur de théologie morale et de bioéthique à l'Université Regina Apostolorum de Rome et directeur de thèse de doctorat de la princesse Claire) et par Monseigneur Camille Perl, un prélat luxembourgeois qui occupe la fonction de chanoine de Saint-Pierre depuis 2009. Le prince Sébastien de Luxembourg a été choisi comme parrain de l'enfant. La marraine est Madame Anna Maria Pamin. 


Cette cérémonie s'est déroulée en présence du grand-duc Henri et de la grande-duchesse Maria Teresa, d'Hartmut et Gabriela Lademacher (parents de la princesse Claire), du grand-duc héritier Guillaume et de la grande-duchesse héritière Stéphanie, du prince Louis, de la princesse Alexandra et de M. Felix Lademacher (frère de la princesse Claire). Le prince Nikolaus et la princesse Margaretha de Liechtenstein étaient également présents accompagnés de leurs trois enfants Maria Anunciata, Marie-Astrid et Josef. Le même jour, ils avaient été reçus en audience par le pape François avec d'autres membres de la famille princière de Liechtenstein. Dans l'assistance se trouvaient aussi le prince et la princesse Hugo zu Windisch-Graetz et leur fille la princesse Larissa, ainsi que le prince Lelio Orsini d'Aragona. La Cour grand-ducale a précisé que les princes Gabriel et Noah de Nassau, les fils du prince Louis de Luxembourg, n'ont malheureusement pas pu être présents en raison d'obligations scolaires.

12 avril 2017

Les mariages à la Cour grand-ducale de 1919 à 2013

Le 6 novembre 1919, quelques mois après avoir accédé au trône luxembourgeois, la grande-duchesse Charlotte (1896-1985) s'est mariée avec son cousin germain le prince Félix de Bourbon-Parme (1893-1970), fils du duc Robert Ier de Parme (1848-1907) et de la princesse Antonia de Bragance (1862-1959). Ils s’étaient rapprochés en 1911 lors du mariage de l’archiduc Charles d’Autriche et de la princesse Zita de Bourbon-Parme. Bien que les fiançailles aient été conclues en 1918, les Luxembourgeois avaient connaissance de ce projet d’union dès 1915. Ce mariage a été annoncé officiellement le 30 octobre 1919, un mois après le référendum qui avait plébiscité la monarchie. Le choix du prince Félix, qui avait servi dans l’armée autrichienne durant la guerre, ne fit pas l’unanimité mais la grande-duchesse Charlotte refusa de céder à la pression du gouvernement. Le 5 novembre 1919, le prince Félix a acquis la nationalité luxembourgeoise grâce à une loi qui suscita tout de même des débats au parlement. Le lendemain, Charlotte et Félix se sont unis civilement dans la Salle des fêtes du palais grand-ducal, puis se sont rendus à la cathédrale Notre-Dame de Luxembourg pour le mariage religieux. Le couple a eu six enfants : Jean (1921), Elisabeth (1922-2011), Marie-Adélaïde (1924-2007), Marie-Gabrielle (1925), Charles (1927-1977) et Alix (1929). 

La grande-duchesse Charlotte et le prince Félix de Bourbon-Parme en 1919

La princesse Antonia de Luxembourg (1899-1954), sœur de la grande-duchesse Charlotte, dut attendre sa majorité en 1921 pour se marier avec le prince héritier Rupprecht de Bavière (1869-1955), fils du roi Louis III (1845-1921) et de l’archiduchesse Marie-Thérèse de Modène (1849-1919). Ils s’étaient fiancés le 26 août 1918. Ce projet d’union fut critiqué car le prince Rupprecht avait servi dans l’armée allemande pendant la guerre. La princesse Antonia, à l’instar de sa sœur Charlotte, refusa de rompre ses fiançailles. Le mariage civil s’est déroulé le 6 avril 1921 au château de Hohenburg à Lenggries en Bavière, une propriété appartenant alors à la famille grand-ducale où vivaient la grande-duchesse douairière Marie-Anne et ses quatre plus jeunes filles. Le mariage religieux suivit le 7 avril dans l’église du château de Hohenburg. Il s’agissait d’un second mariage pour Rupprecht qui était veuf de la duchesse Marie-Gabrielle de Bavière (1878-1912). Le couple a eu six enfants : Heinrich (1922-1958), Irmingard (1923-2010), Editha (1924-2013), Hilda (1926-2002), Gabrielle (1927) et Sophie (1935).

La princesse Antonia et le prince Rupprecht de Bavière en 1921

La princesse Sophie et le
prince Ernest Henri de Saxe
en 1921
Quelques jours plus tard, ce fut au tour de la princesse Sophie de Luxembourg (1902-1941), la fille cadette du grand-duc Guillaume IV (1852-1912), de se marier. Elle a épousé le prince Ernest Henri de Saxe (1896-1971), le plus jeune fils du roi Frédéric Auguste III de Saxe (1865-1932) et de l’archiduchesse Louise-Antoinette de Habsbourg-Toscane (1870-1947). Le mariage a été célébré le 12 avril 1921 au château de Hohenburg à Lenggries. Le couple a donné naissance à trois enfants : Dedo (1922-2009), Timo (1923-1982) et Gero (1925-2003). Après la disparition de son épouse en 1941 des suites d’une pneumonie, le prince Ernest Henri de Saxe s’est remarié morganatiquement en 1947 à Paris avec l’actrice Virginia Dulon (1910-2002). Cette seconde union est restée sans postérité. 

C’est également au château de Hohenburg à Lenggries que s’est mariée le 14 novembre 1922 la princesse Elisabeth de Luxembourg (1901-1950) avec le prince Louis-Philippe de Tour-et-Taxis (1901-1933). Le marié était le fils d’Albrecht, 8ème prince de Tour-et-Taxis (1867-1952) et de l'archiduchesse Margarethe Klementine d'Autriche (1870-1955). Le couple a eu deux enfants : Anselm (1924-1944) et Iniga (1925-2008). 

La princesse Elisabeth et le prince
Louis-Philippe de Tour-et-Taxis en 1922

La princesse Hilda et le prince Adolphe
Schwarzenberg en 1930
En 1930, la princesse Hilda de Luxembourg (1902-1979) fut la dernière sœur de la grande-duchesse Charlotte à se marier. Dix ans plus tôt, elle s’était cependant fiancée au prince Philippe Albert de Wurtemberg (1893-1975). Ce projet d’union annoncé par la presse belge avait été désapprouvé au Luxembourg ainsi qu’à l’étranger. La grande-duchesse douairière Marie-Anne fut d'ailleurs pointée comme l'instigatrice du mariage de ses filles avec des princes allemands. La princesse Hilda, depuis que sa sœur Charlotte était montée sur le trône en 1919 et jusqu’à la naissance du prince Jean en 1921, était l’héritière présomptive au trône. La grande-duchesse Charlotte et le prince Félix avaient pris officiellement leurs distances par rapport à ces fiançailles qui furent finalement annulées. Le 29 octobre 1930, ce fut avec le prince Adolphe Schwarzenberg (1890-1950) que la princesse Hilda s’est mariée au château de Berg. Le marié était le fils du prince Johann, 9ème prince Schwarzenberg (1860-1938) et de la comtesse Therese de Trauttmansdorff-Weinsberg (1870-1945). Cette union est restée sans postérité.

A la génération suivante, la princesse Alix de Luxembourg (1929) fut la première des enfants de la grande-duchesse Charlotte et du prince Félix, dont elle était la cadette, à se marier. Le 19 avril 1950, ses fiançailles ont été annoncées avec le prince Antoine de Ligne (1925-2005), le fils cadet d’Eugène, 11ème prince de Ligne (1893-1960) et de Philippine de Noailles (1898-1991). Le 17 août 1950, le mariage civil s’est déroulé dans la Salle des fêtes du palais grand-ducal, suivi par le mariage religieux en la cathédrale Notre-Dame. Un mariage princier n’avait plus été célébré dans la capitale luxembourgeoise depuis 1919. Le couple a eu sept enfants : Michel (1951), Wauthier (1952), Anne (1954), Christine (1955), Sophie (1957), Lamoral (1959) et Yolande (1964). Après le décès de son frère Baudouin en 1985, Antoine est devenu le 13ème prince de Ligne. 

La princesse Alix et le prince Antoine de Ligne en 1950

La princesse Marie-Gabrielle et le
comte Knud Holstein-Ledreborg en 1951
La princesse Marie-Gabrielle de Luxembourg (1925) s’est mariée l’année suivante. Ses fiançailles avec le comte Knud Holstein-Ledreborg (1919-2001), issu de la noblesse catholique danoise, ont été annoncées le 24 août 1951. Ils s’étaient rencontrés en 1947 au Danemark lors du mariage du prince Jacques de Bourbon-Parme et de la comtesse Birgitte Holstein-Ledreborg. Le comte Knud était le fils de Josef, 6ème comte Holstein-Ledreborg (1874-1951) et de la comtesse Christina Hamilton (1887-1974). Le mariage civil a été célébré dans la Salle de Marbre du château de Berg le 5 novembre 1951, suivi par le mariage religieux le lendemain dans l’église paroissiale de Colmar-Berg. Le couple a eu sept filles : Monica (1952), Lydia (1955), Veronica (1956), Silvia (1958), Camilla (1959-2010), Tatiana (1961) et Antonia (1962). 

Le 7 novembre 1952, les fiançailles du grand-duc héritier Jean de Luxembourg (1921) avec le princesse Joséphine-Charlotte de Belgique (1927-2005), fille du roi Léopold III (1901-1983) et de la princesse Astrid de Suède (1905-1935), ont été officialisées. La grande-duchesse Charlotte était la marraine de la fiancée qui avait déjà séjourné de façon privée au Luxembourg. Le 9 avril 1953, le mariage civil s’est déroulé dans la Salle des fêtes du palais grand-ducal, suivi du mariage religieux à la cathédrale Notre-Dame. Même si il est de notoriété publique qu’il s’agissait d’un mariage « arrangé », cette union n’en fut pas moins heureuse. Le couple a donné naissance à cinq enfants : Marie-Astrid (1954), Henri (1955), Jean et Margaretha (1957) et Guillaume (1963). Après une lieutenance d’un peu plus de 3 ans, Jean est monté sur le trône après l’abdication de sa mère en 1964. 

Le grand-duc héritier Jean et la princesse Joséphine-Charlotte
de Belgique en 1953

La princesse Elisabeth et le prince
François-Ferdinand de Hohenberg en 1955
La princesse Elisabeth de Luxembourg (1922-2011) s’est fiancée au château de Fischbach le 22 novembre 1955 avec le prince François-Ferdinand de Hohenberg (1927-1977), fils du duc et prince Maximilien de Hohenberg (1902-1962) et de la comtesse Elisabeth de Waldburg de Wolfegg et Waldsee (1904-1993). L’union a été célébrée le 9 mai 1956 par une cérémonie civile au palais grand-ducal suivie par le mariage religieux en la cathédrale Notre-Dame. Le couple a donné naissance à deux filles : Anita (1958) et Sophie (1960). En 1962, le prince François-Ferdinand est devenu le 3ème duc de Hohenberg au décès de son père. Après cinq ou six années de mariage, le couple s’est séparé, sans pour autant divorcer, et la princesse Elisabeth est retournée vivre au Luxembourg auprès de ses parents. 

Le 17 décembre 1957, ce sont les fiançailles de la princesse Marie-Adélaïde de Luxembourg (1924-2007) et du comte Charles-Joseph Henckel de Donnersmarck (1928-2009) qui ont été annoncées. Ce dernier était le fils du comte Lazare (1902-1991) et de la comtesse François d’Eltz (1905-1997). Le mariage a été célébré dans la capitale luxembourgeoise le 10 avril 1958 d’abord au palais grand-ducal pour la cérémonie civile, puis à la cathédrale Notre-Dame. Le couple a eu quatre enfants : Andreas (1959), Felix (1960-2007), Heinrich (1961) et Marie-Charlotte (1965). Quelques mois après le décès de Marie-Adélaïde, le comte s'est remarié le 21 décembre 2007 avec Claire Barclay-Hoess (1939). 

La princesse Marie-Adélaïde et le comte Charles-Joseph Henckel de
Donnersmarck en 1957

Le prince Charles de Luxembourg (1927-1977) s’est marié en 1967 avec Joan Douglas Dillon (1935), une Américaine fille de Clarence Douglas Dillon (1909-2003) et de Phyllis Chess Ellsworth (1910-1982). En plus d’être roturière, Joan était divorcée depuis 1955 de James Brady Moseley (1931-1998) avec qui elle avait eu une fille. Ce premier mariage avait été annulé à Rome en 1963. Le prince Charles dut attendre dix ans pour imposer son choix auprès de ses parents. Les fiançailles ont été finalement célébrées au château de Fischbach le 10 février. Le 17 février, son frère le grand-duc Jean a signé un décret grand-ducal permettant à un prince luxembourgeois d’épouser une roturière. Le mariage s’est finalement déroulé le 1er mars 1967. Après une cérémonie civile, le mariage religieux eut pour cadre l’église Saint-Edouard-le-Confesseur du manoir de Sutton Place, non loin de Guildford, dans le Surrey. Le couple a eu deux enfants : Charlotte (1967) et Robert (1968). Après la mort inopinée du prince Charles, sa veuve s’est remariée en 1978 avec Philippe de Noailles (1922-2011), duc de Mouchy et prince-duc de Poix.

Le prince Charles et Joan Douglas Dillon en 1967

Le 10 novembre 1980, le grand-duc héritier Henri de Luxembourg (1955) et Maria Teresa Mestre y Batista (1956) se sont fiancés au château de Berg. Ils s’étaient rencontrés lors de leurs études à l’université de Genève. Fille de José Antonio Mestre y Álvarez (1926-1993) et de María Teresa Batista y Falla de Mestre (1928-1988), Maria Teresa est née à Cuba, une île que sa famille a quitté en 1959 lors de la révolution. Installée avec sa famille à Genève, elle avait acquis la nationalité suisse. La date du mariage a été fixée au 14 février 1981, le jour de la Saint-Valentin. Après la cérémonie civile dans la Salle des fêtes du palais grand-ducal, le couple s’est uni religieusement en la cathédrale Notre-Dame. Le couple a eu cinq enfants : Guillaume (1981), Félix (1984), Louis (1986), Alexandra (1991) et Sébastien (1992). Après une lieutenance de deux ans, Henri a pris la succession de son père le grand-duc Jean qui a abdiqué en 2000. 


La princesse Marie-Astrid et
l'archiduc Carl-Christian en 1982
Ce fut ensuite la fille aînée du grand-duc Jean et de la grande-duchesse Joséphine-Charlotte, la princesse Marie-Astrid de Luxembourg (1954), qui convola en justes noces. Ses fiançailles avec l’archiduc Carl-Christian (1954) ont été célébrées le 9 novembre 1981 au château de Berg. Fils de l’archiduc Charles-Louis d’Autriche (1918-2007) et de la princesse Yolande de Ligne (1923), Carl-Christian est un petit-cousin de Marie-Astrid. Le mariage s’est déroulé tout d’abord dans la Salle des fêtes du palais grand-ducal, puis en la cathédrale Notre-Dame de Luxembourg. Le couple a eu cinq enfants : Marie-Christine (1983), Imre (1985), Christoph (1988), Alexander (1990) et Gabriella (1994). 

La princesse Margaretha et le prince
Nikolaus de Liechtenstein en 1982




Quelques semaines après sa sœur Marie-Astrid, la princesse Margaretha de Luxembourg (1957) s’est mariée le 20 mars 1982 avec le prince Nikolaus de Liechtenstein (1947), le troisième fils du prince François-Joseph II (1906-1989) et de la comtesse Georgina von Wilczek (1921-1989). Le mariage s’est également déroulé dans la capitale luxembourgeoise, d’abord au palais grand-ducal pour la cérémonie civile, puis en la cathédrale Notre-Dame. Les fiançailles avaient été rendus publiques le 6 décembre 1981 au château de Berg. Ce mariage est le dernier au sein du gotha européen à avoir unit deux membres de familles souveraines. Le couple a donné naissance à quatre enfants : Léopold-Emmanuel (mort-né en 1984), Maria-Anunciata (1985), Marie-Astrid (1987) et Josef-Emanuel (1989). 

Mariage civil du prince Jean et Hélène Vestur en 1987
Par une déclaration du 26 septembre 1986, le prince Jean de Luxembourg (1957) a renoncé à ses droits de succession au trône. Quelques jours plus tôt, une fille prénommée Marie-Gabrielle était née de sa relation avec Hélène Vestur (1958). Cette Française, fille de Philippe Vestur et de Cécile Buisson, travaillait au Conseil d’Etat. Ils s’étaient rencontrés pour la première fois en 1984. Le 27 mai 1987, la presse luxembourgeoise a annoncé le mariage du prince Jean avec Hélène Vestur dont la relation était jusque-là ignorée du grand public. Le mariage civil s’est déroulé le 27 mai à la mairie du XVIe arrondissement de Paris, suivi le lendemain par un mariage religieux en l’église Saint-Philippe-du-Roule, dans le VIIIe arrondissement de Paris. Après Marie-Gabrielle né hors-mariage, le couple a eu trois fils : Constantin (1988), Wenceslas (1990) et Carl-Johann (1992). L’épouse du prince Jean et leurs quatre enfants se sont vus conférer le titre de Comte et Comtesse de Nassau par le grand-duc Jean en 1995. Un arrêté grand-ducal pris par le grand-duc Henri en 2004 leur a accordé le titre de Prince et Princesse de Nassau, avec prédicat d’Altesse Royale. Moins d’un mois plus tard, un divorce a été prononcé entre Jean et Hélène le 13 décembre 2004.

Mariage religieux du prince Jean et Hélène Vestur
en 1987

La princesse Charlotte de Luxembourg (1967), la fille du prince Charles, s’est mariée civilement le 26 juin 1993 à la mairie de Mouchy-le-Châtel, dans le département de l’Oise, avec Marc Cunningham (1965). Ce Britannique est le fils de Victor Cunningham et de Karen Armitage. Le couple s’est marié religieusement le 18 septembre 1993 en l’église Saint-Paul-de-Mausole de Saint-Rémy-de-Provence, dans les Bouches-du-Rhône. Ils ont eu trois fils : Charles (1996), Louis (1998) et Donnall (2002).


Mariage du prince Robert et de Julie
Ongaro en 1994
Son frère le prince Robert (1968) s’est marié plus discrètement le 25 janvier 1994 en l’église de l’Avent à Boston avec Julie Ongaro (1966), une Américaine fille du Dr. Theodor Ongaro et de Katherine Houston. Ils se connaissaient depuis 1987. Le couple a eu trois enfants : Charlotte (1995), Alexander (1997) et Frederik (2002). Le prince Charles n’ayant pas demandé formellement au grand-duc Jean l’autorisation de se marier, ses trois enfants sont nés avec le titre de Comte et Comtesse de Nassau. Par un arrêté grand-ducal de 2004, le grand-duc Henri leur a conféré, tout comme à l’égard de leur mère Julie, les titres de Prince et Princesse de Nassau, avec prédicat d’Altesse Royale

Le 8 septembre 1994, le prince Guillaume de Luxembourg (1963) s'est uni civilement à la marie de Sélestat en Alsace avec Sibilla Weiller (1968), fille de Paul Annik Weiller (1933-1998) et de la princesse Olimpia Torlonia de Civitella-Cesi (1943). Elle est l'arrière-petite-fille du roi Alphonse XIII d'Espagne (1886-1941). Cette union civile a été suivie par un mariage le 24 septembre 1994 en la cathédrale Saint-Louis de Versailles. Le couple a donné naissance à quatre enfants portant le titre de Prince et Princesse de Nassau : Paul Louis (1998), Léopold et Charlotte (2000) et Jean (2004).


Le prince Louis de Luxembourg (1986) est le premier des enfants du grand-duc Henri et de la grande-duchesse Maria Teresa à s’être marier. Pour la première fois, un membre de la famille grand-ducale a épousé une Luxembourgeoise. Le prince Louis avait rencontré Tessy Antony (1985), fille de François et Régine Anne Antony, alors que celle-ci était engagée à l'étranger au sein de l'armée luxembourgeois. Un enfant prénommé Gabriel est né de cette relation le 12 mars 2006. Le couple s'est uni civilement dans la Salle d’armes du palais grand-ducal puis lors d'une cérémonie religieuse le 29 septembre 2006 en l'église de Gilsdorf. Afin d'éviter une discrimination entre leur fils Gabriel exclu de la succession au trône avec d'éventuels enfants à naître qui seraient, eux, inclus dans l'ordre de succession, le prince Louis a renoncé à ses droits dynastiques. Le couple a donné naissance à un second fils prénommé Noah en 2007. Le 23 juin 2009, le grand-duc a accordé à sa belle-fille le titre de Princesse de Luxembourg et à ses deux petits-enfants le titre de Prince de Nassau, avec dans les deux cas le prédicat d'Altesse Royale. Un divorce a été prononcé le 17 février 2017 par le Tribunal central de la famille à Londres.


Le 18 mars 2009, le prince Jean de Luxembourg (1957) s’est remarié civilement à l’hôtel de ville de Ruremonde aux Pays-Bas avec Diane de Guerre (1962), fille du général Claude Gaston de Guerre (1910-1993) et de la comtesse Eugenie Wolff zur Gracht (1923-2016). Cette union est restée sans postérité. L’épouse du prince Jean porte depuis un décret grand-ducal pris par le grand-duc Henri en 2012 le titre de Comtesse de Nassau.

Mariage civil du prince Jean et de Diane de Guerre en 2009

Le grand-duc héritier Guillaume de Luxembourg (1981) s’est officiellement fiancé le 27 avril 2012 avec la comtesse Stéphanie de Lannoy (1984), fille du comte Philippe de Lannoy (1922) et d’Alix della Faille de Leverghem (1941-2012). La journée des fiançailles s’est déroulée tout d’abord par une présentation aux autorités de la future grande-duchesse héritière au palais grand-ducal, avant une réception au château de Berg. Le mariage civil a eu lieu le 19 octobre 2012 à l’hôtel de ville de Luxembourg. Pour la première fois, un membre de la famille grand-ducale a choisi ce lieu plutôt que le palais grand-ducal pour la cérémonie civile. Le mariage religieux s’est déroulé le 20 octobre 2012 en la cathédrale Notre-Dame.


Annoncées le 13 décembre 2012, les fiançailles du prince Félix de Luxembourg (1984) et de Claire Lademacher (1985) ont été célébrées au château de Berg le 27 décembre. De nationalité allemande, Claire est la fille de Hartmut Lademacher (1948) et de Gabriele Schneider. Ils se sont rencontrés au Collège Alpin international Beau Soleil d'où ils sont tous deux sortis en 2003. Le mariage civil s’est déroulé le 17 septembre 2013 à la mairie de Königstein im Taunus en Allemagne, dans un château qui est une ancienne propriété de la famille grand-ducale. Les époux se sont mariés religieusement le 21 septembre 2013 en la basilique Sainte-Marie-Madeleine de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, dans le département du Var. Le couple a donné naissance à deux enfants qui portent le titre de Prince et Princesse de Nassau : Amalia (2014) et Liam (2016).